Accueil  FAQ  Rechercher  Groupes  S'enregistrer  Connexion  



 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Extraits de RP Coup de coeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Admin
avatar

Messages : 472
MessageSujet: Extraits de RP Coup de coeur   Mer 9 Sep 2015 - 14:05





Craie et Velours

par Honorine Villemont & Ombre Rosharia


Ombre Rosharia

Nuit. Oh ténèbres. Emporte moi. Vole moi. Dévoile ton visage, révèle ton châtiment. Toi qui connait que trop bien mon destin. Le connais-tu ? En es-tu certain ? Réponds-moi. Ne me fuis pas, reste là. Nous sommes cruellement différents mais la vodka qui coule dans notre sang, elle, est la même. Je ne l'ai pas tué, il a arrêté de respirer. La nuit est la preuve que le jour ne suffit pas. Ne nous égarons pas, réponds moi. Connais-tu vraiment mon dessein ?

Laisse moi te guider, laisse moi t'éclairer.
M'éteindre au creux de ton voile sombre puis renaître en étoile.
Qui brille, brille, brille.

Oh nuit, oh ténèbres. Je m’évertue chaque soir à t’honorer. Si bien que je scintille. je suis lasse de te servir. Oh obscurité, prends garde, Je pourrais t’éblouir. Je pourrais te condamner. J'ai récupéré ma lumière et je ne sais qu'en faire. Le glaçon touche enfin le fond du verre et je laisse ce sentiment de puissance absolue assourdir tout le reste. Rien n'importait, je n'étais déjà plus là. Je n'étais plus la gamine esclave des prières. Je n'était plus l'enfant qui hurlait à l'injustice, à l'ineptie. Je n'étais qu’une femme perdue aux Enfers. Une femme qui, sans le savoir, sans le vouloir, avait décidé de les défier. Pour mieux les voir s’immoler. Je récupère mon espoir à grand coups d’idéaux. Et j’aime ça, j’aime sentir le vent glacé me fouetter le visage, j’aime cette fossette qui creuse ma joue lorsque j’esquisse un rire franc et sincère. J'aime à nouveau. J’aime mon humanité, et j’aime ce qu’elle représente. Se concentrer. Se concentrer sur le bonheur au coin des rues. Se concentrer sur ses lacets défaits. Se concentrer sur ces noms de rues inconnus. Et laisser mon regard vagabonder. Capter la rapidité des gens. S'étonner de l'âge avancé du voisinage. Déambuler dans la ville, savourer ma liberté. Mon droit de sortie, mon droit de découcher, mon droit d’aimer. Oublier la cervelle qui se mélange à la petite cuillère, oublier le sang qui gicle et s’étale les murs. Oublier les chairs qui s’étirent, oublier le concentré d’hémoglobine. Oublier le rouge rubis, rouge pourpre, rouge violacé. Et déposer mes lèvres sur ce verre citronné.

Ce soir, la lune m’a murmuré quelques mots. Ce soir, je voulais m’évader, pénétrer dans une effervescence capable de me faire grimper aux étoiles. M'envoler dans l'espace ou m'enfoncer dans l'oubli. Je suis prisonnière d’une robe légère en dentelle d’un noir corbeau flamboyant possédant un décolleté plongeant. Très serrée au niveau des hanches, retombant avec souplesse au dessus de mes genoux. Mes yeux, charbonnés de noir font ressortir mes pupilles émeraudes. J’ai l’air d’une panthère, ou du moins j’adopte sa démarche. Je croise mes jambes et m’empare de la carte des cocktails avant de la déposer machinalement sur le comptoir optant pour une solution beaucoup plus efficace.

« La vie est un enfer, je prend une vodka. »



Honorine Villemont

Il se brise, le verre. Comme se brise l'espoir silencieux, l'optimisme timide et cette chose sans nom, qui frémissait. C'est une mer d'alcool et d'acide, et des relents de morts, qu'elle renverse. Je... n'aurais pas dû. Venir.Me manifester. Me presque réjouir. Ce n'est qu'une humaine. Rien d'autre...Elles sont des centaines, comme elle, elles sont des milliers. Pourquoi ne retenir qu'elle de la marée de leurs ombres ?

Elle a des exigences démesurées, des rêves inaccessibles, et une image de moi si étrange. Dans ses reproches court une vampire inconnue, une fille de la nuit que je ne suis pas... Dont je suis si éloignée. A-t-elle vraiment attendu de moi que je vienne la sauver, la tirer de ce cauchemar dans lequel nous avions tous sombré ? Moi, je me noyais déjà ... Je faisais naufrage et Dany a succombé à cette noyade-là... Je ne l'aurais pas sauvée, pas même si j'avais attaché son sort au mien. Elle serait morte, comme lui... Parce que je ne suis ni forte, ni courageuse, parce que la peur l'emporte sur l'altruisme...

Elle est étrange, cette Honorine auquel elle rêve. Elle est belle, bien plus que je ne le suis. Bien plus sympathique, bien plus humaine... Comment pourrais-je entrer en compétition avec elle ? Elle est saoule comme une grive, et sa voix s'éraille comme ses espérances passées. Je ne l'ai pas sauvée, je l'ai abandonnée... J'ai sans doute consacré quelques lambeaux de pensées à son sort dans ma fuite, entre deux terreurs, entre ces flots de sang et l'excitation, l'impatience dans mes veines et la certitude, enfin d'être en vie qui allumait sur mes lèvres un sourire un peu fou, un peu têtu...

Que puis-je te répondre, rêveuse ? Quels mots pourraient t'apaiser ? Quels mensonges ? J'ai un peu songé à toi, un peu espéré que tu sois morte sans souffrance, un peu envié, détesté celui qui t'avait volé ton sang... Songé que, peut-être, tu étais prisonnière, quelque part, que ton sang pulsait pour un autre, que ton corps, ton âme s'étaient pliés à d'autres exigences...

Je ne sais ce que je croyais. Je chérissais le silence qui enveloppait ta disparition, je pouvais imaginer mille fins heureuses à ton histoire que je connaissais à peine. A Dany aussi, parois, je rêve une fin heureuse. Peut-être a-t-il guéri. Peut-être est-il libre, quelque part, loin de nous crocs monstrueux, échappé à nos jeux cruels...

« Je ne suis pas morte, désolée. »






.


Dernière édition par Le Scribe le Jeu 30 Juin 2016 - 11:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blood-empire.forumgratuit.ch

Admin
avatar

Messages : 472
MessageSujet: Re: Extraits de RP Coup de coeur   Mer 9 Sep 2015 - 14:05





C'est l'histoire d'un sorcier et d'un loup-garou qui rentrent dans un bar

par Liam McDermott & Amadeus L. Hunnigan


Liam McDermott

Là on en est arrivés à un stade où j’ai plus les yeux en face des trous. Si je me lève, je vais tanguer et me prendre le bar dans la tronche et probablement mourir. J’ai un niveau violent d’alcool dans le sang. A ce niveau c’est plus un niveau de sang dans l’alcool très bas. On s’est lancés dans plein de sujets qu’on trouve super importants mais seulement quand on a un putain de coup dans la gueule.

Faut avouer que les fakirs font des trucs de malades et je comprends pas bien comment ils peuvent supporter tout ça. Puis tintin au Tibet c’est le meilleur des albums de tintin. Bref, passionnant. Là on en est arrivé au football, on soutient pas la même équipe en plus mais je pense qu’on tente tous les deux de faire abstraction de ce fait pour éviter de se taper sur la gueule.

« Non mais… mec, dis-toi qu’en vivant ici, je dis football on me parle football américain. Ils sont vraiment cons, je te jure. » Je crie quasiment sous les regards haineux de la moitié du bar. « Le Soccer, c’est quoi ce bordel ? Ils sont fous ces ricains. »

Après ça, le mec se tourne vers le barman et le renomme la Grue. Je ricane comme une écolière en entendant ça et mon coude glisse du comptoir, ma tête part en avant et j’arrive miraculeusement à éviter de me défoncer la gueule. En même temps, le mec a pas tort. Même pas un verre, vraiment le pire canari. Le mec fixe mon pote avec un air un peu blasé et lui file des infos sur un tabac pas trop loin d’ici.

Le bar a fait l’acquisition de plusieurs nanas, c’est bien rempli maintenant et ya de la musique. Alors quand le barman gueule qu’il paye un verre au personne qui se fouteront à moitié à poil sur le bar pour danser. Je sais qu’il parle surtout de nana mais j’ai envie de boire, de danser, de me foutre à poil donc je vais faire une pierre trois coups. Je m’accroche au bar. Je galère à me lever. Et quand j’essaye de grimper sur le bar, c’est pathétique. Vous avez vu les gros phoques qui grimpent sur la banquise ? C’est moi.

Le barman fout sa main sur sa tête, complètement blasé mais j’arrive à me foutre debout sans me péter la gueule et je m’applaudis. Ya une chanson à la con les Spice Girl ou je sais pas quoi. Je vire ma veste et je la balance à travers la pièce.

« HEY HUNNIGAN, ON VA AVOIR UN VERRE GRATUIT MEC ! » Je crie au-dessus de la musique.


Amadeus L. Hunnigan

Le soccer. Quand mon pote de beuverie m'en parle, j'ai envie de cogner quelqu'un juste parce que ce mot me fait péter les plombs à chaque fois que je viens ici. Alors je confirme d'un mouvement de la tête passionné ce qu'il dit. J'évite de juste de conclure par un Halleluja ou amen. Un truc qui pourrait faire de nous des blasphémateurs en plus d'être des pochards. En tout cas on aura beau dire... mais les Britanniques savent comment boire eux. Ce n'est pas comme ces types ici qui tirent la gueule et qui regardent le vide sans rien faire. Nous on sait comment mettre l'ambiance. Comment faire des rencontres. On sait c'que c'est que l'ambiance d'un vrai pub.

« En plus c'est quoi ces conneries... Football... ça devrait se jouer avec les pieds. Ces cons-là jouent avec les mains. Tu parles d'une connerie. Ils ont qu'à appeler ça j'sais pas moi... du Rugby pour lopettes avec des casques. »

Je crois que c'est pour ce genre de phrases qu'ils refusent de me vendre des clopes. Ou même de m'en filer une. Il a les dents jaunes, et les ongles de la même couleur. Je suis sûr qu'il s'en envoie une dès qu'il a aucun client. Et quoi, on a payé plein de tournées, il pourrait au moins faire un geste pour la clientèle ! D'autant qu'on est en train de mettre grave l'ambiance... à deux. M'enfin, il a la décence de m'expliquer vaguement où je peux trouver un bar qui en vend et... c'est mieux que rien. Venant d'une pince pareille, grappiller des infos c'est déjà un putain d'exploit.

Derrière nous, quelques nanas ont visiblement débarqué. C'est sûrement ce qui motive le gérant des lieux à dire qu'il payerait des verres aux clients qui se foutraient à poil. Il aurait probablement du dire clientes, puisque c'est Liam qui monte le premier. Soiffard, le type. Moi, ça m'éclate aussi pour me faire rire aux éclats, avant d'achever le contenu de ma bière, et de celle d'une des gonzesses venues applaudir le stripteaseur déluré qui tombait la chemise sous les yeux blasés du barman.

Celui-là, il va regretter cette soirée un long moment. Est-ce que moi je me fous à poil ? Nan. Pas du tout. Je suis encore assez conscient pour savoir que c'est pas une bonne idée. Mon dos et mes bras sont couverts de tatouages beaucoup trop weird pour qu'on puisse penser que c'est de la déco. Et j'ai pas envie que les flics débarquent parce que les clients ont vu un mystique à moitié possédé en train de danser sur un comptoir. Contrairement à Liam... je sais me tenir.







.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blood-empire.forumgratuit.ch

Admin
avatar

Messages : 472
MessageSujet: Re: Extraits de RP Coup de coeur   Mer 9 Sep 2015 - 14:06





De Glace et de Griffes

par Aristophane Io & Ysoline Io


Aristophane Io

La nuit est parfaite. Noire et silencieuse. Douce au toucher. Personne, encore, n’a foulé la neige vierge. Le vampire sort un bout de nuage dans la nuit. Le froid. Le gel. La glace. Un bout de lui se pétrifie de froid. Il manque de perdre quelques molécules de lui-même.

Brrr

A l’intérieur du paquebot, la brume devient chat. Un petit chat. Un chaton. Un chaton de trois cent grammes, dont cent grammes de poils. Un chaton noir. Noir. Noir. Les yeux noirs à peine bleus à cause de l’aveuglement qui recouvre sa cornée.

Maw ?

Un chaton aveugle, dans l’énorme Russie, cela n’a pas de chance. Aucune.

Lentement, quelques poils se hérissent sur son dos. Il peut, un peu, faire appel à ses deux pouvoirs en même temps. Un peu brume, un peu beaucoup chat. De loin, un chat normal. De près, un fantôme de chat mouillé. Un peu. Pas détrempé.

Il sort du paquebot. A pas de loup et de chaton frileux.

Un coussinet touche la neige.

Brrr

Un second coussinet touche la neige.

Brrr

Le chaton avance dans la neige.

Brrr

Courageusement, malgré le froid, malgré la neige. Son aura de brume touche la neige. Pas d’obstacle. Que des cristaux de glace.

Et il avance, et il s’enfonce. Aussi léger soit-il, aussi menu soit-il, la neige fond sous ses pattes, les cristaux s’écrasent sous ses coussinets.

Alors il avance lentement, évidemment. Il avance patte à patte. La truffe collée au sol enneigé, les oreilles dressées dans le vent sifflant.

Et puis.

Soudain.

Sans crier gare.

Dans ses flans.

Autour de son ventre rond.

QUELQUE CHOSE !!!


Ysoline Io

Il se lève, ne croise pas mon regard et sort du mirador. C'est un bon gars, je pense qu'il sera vraiment une bonne recrue. Je prends sa place sur la chaise et m'allume une clope avec difficulté. Le vent est fort cette nuit à cette hauteur. Je n'ai pas le temps d'apprécier la fumée grise au goût de goudron que j'entends des bruits de pas, légers, fluides. Il est encore loin. Mes doigts se posent sur la rambarde pendant que je scrute l'horizon. A l'ouest, mais ce n'est peut-être qu'un petit animal, il faut que j'aille vérifier de mes propres yeux. Je siffle et Kai lève les yeux clairs vers moi. Un signe de la main et il remonte en vitesse vers moi.

- Je reviens rapidement.

- Pas de soucis chef.


Pas de grimace d’ennuis, il me plaît de plus en plus. Il a du comprendre, de toute façon, je ne m'étends jamais dans de grandes explications. Mes vêtements tombent au sol dans un froissement de velours et les ongles posés sur la rambarde sont devenus des griffes. Un coup d'ailes et je m'envole vers le crissement dans la neige.

Quelques minutes plus tard, je rode au dessus de l'animal, qui ne semble pas en être vraiment un. Je me pose sur une branche et l'observe. Ses miaulements m'agacent, et quelque chose me dérange sans que je ne puisse dire quoi exactement. Ce n'est pas qu'il n'a pas le comportement normal d'un chat, mais surtout, que fait-il ici, dans un endroit si reculé ?

Je me jette sur lui et le prends dans mes griffes. Décolle du sol un peu petit matou, que je rigole un peu. Mes grands yeux se pose sur lui. Il n'est pas toujours chat, il disparaît parfois et revient. Bingo. Je le relâche, à une distance raisonnable du sol pour qu'il se brise le cou avec la chute. Un dixième de seconde à peine, une odeur sûrement, je suis prise d'un souvenir, d'un remord. Merde. Je redescends en trombe sur lui et le récupère juste avant que sa patte avant gauche ne touche le sol gelé de Russie. Je redeviens femme, nue et agenouillée au milieu de la neige, le chaton que je tiens encore sur mes genoux.

- Tu sens...

Je laisse un temps d'arrêt, qui est-il ? Je suis estomaquée de sentir quelque chose de comparable ici. L’embrun, l'herbe juste tondue, les pierres chaudes d'une montagne. Et j'en suis même devenue vulnérable.

- La famille.





.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blood-empire.forumgratuit.ch
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Extraits de RP Coup de coeur   
Revenir en haut Aller en bas
 
Extraits de RP Coup de coeur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mes films coup de coeur et à voir
» coup de coeur du salon de nantes
» Mon coup de coeur du moment !
» [LEGO] Coup de coeur"metal sonic"
» [LEGO] Coup de coeur nocturne

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Blood Empire :: . :: Invités, Partenaires & Publicité :: Invités-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet