Accueil  FAQ  Rechercher  Groupes  S'enregistrer  Connexion  



 

Partagez | 
 

 Ombre Rosharia- Fiche de présentation [U.C.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Chaton Admin
avatar

Messages : 814
Localisation : Irlande

MORE ABOUT ME
Infos:
Liens:
MessageSujet: Ombre Rosharia- Fiche de présentation [U.C.]   Lun 9 Mar 2015 - 13:47




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ombre Rosharia

feat. Mila Kunis - Esclave

Description

ÂGE : 26 ans
APPARENCE PHYSIQUE : Un grain de beauté dans le haut du dos.
PERSONNALITÉ :  Ombre. Son sourire était comme incrustée en elle, transmettant sa bonne humeur, déambulant telle une étincelle qui ne faillit jamais. Dynamique, douce, sauvage et altruiste, voila comment ses camarades de lycée vous la décrirait. Charmante demoiselle populaire, une beauté naturelle. La jeune femme a pour grande qualité de voir le meilleur en chaque personne et en chaque action aussi anodine soit-elle. Après l'obtention de son bac, elle fonça en faculté de médecine, déterminée à passer sa vie à aider les autres. Sa spontanéité la caractérisera comme l’étudiante la plus franche et la plus juste qui soit. Très têtue, il est très difficile de lui enlever une idée de la tête, de même qu'il est presque impossible de se faire pardonner auprès d'elle, étant très rancunière. De nature taquine, fêtarde et désinvolte, elle aime faire des rencontres et danser jusqu'au petit matin. Cette tendresse infinie, elle l'aurait conservé si elle n'avait pas finit au château, réduit à l'esclavage dans sa vingtième-quatrième année. Confrontée au pire, Ombre du apprendre à survivre. Ses penchants sombres jaillirent, devenant soumise, vulnérable et humiliée, elle développa une haine féroce envers les vampires. Très douée pour la comédie, elle se montra hypocrite afin de se faire accepter dans cette communauté abjecte et dépourvu de morale. Ombre à des principes, et elle continuera à les respecter, jusqu'à la tombe. Amen.


Où vous êtes-vous implanté ?

[/] IRLANDE
[] LOUISIANE
[] RUSSIE
(cochez)

SOUHAITEZ-VOUS ÊTRE ESCLAVE OU HUMAIN LIBRE (pas d'humain libre en en Russie) ? : Esclave en recherche d'un maître.


Rôle/Métier/Entreprise

Ecrivez ici.


Biographie


Chapitre 1 - « La réalité c'est l'illusion créée par l'absence de drogues. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Deux turquoises étincellent dans l’obscurité, défiant la pénombre, se hissant aux cotés de la lune. Taciturne, une adolescente exhaustive s’envole seule et sans attaches, assise en boule dans sa cuisine lugubre. Les pupilles dilatées, le visage enfouit dans des volutes de fumée, elle sombre peu à peu vers un univers encore pire que le sien. Ses tempes battent au fur et à mesure que ses yeux se ferment. Ses poumons se désintègrent au rythme haché d’une respiration incertaine. Son visage pique, et son nez saigne. Triste spectacle, délirante scène. Quinze ans et déjà dopé, le quotidien d’une ado solitaire dont les parents sont constamment absent. Intoxiqué jusqu’aux racines, droguée par dépit. Conséquence déplorable d’une solitude bien trop précoce aux effets néfastes et préjudiciables. Les étoiles se taisent comment vous vous taisez. Les minutes se fanent, le bonheur n'est qu'une illusion, fantasme oublié et enfouie dans les ténèbres. Satan lui même rirai en voyant cette enfant perdue, vouée à elle même, se détestant, abjecte. Coupée du monde, isolée, détachée. Et le sommeil la dévora.

Les premières lueurs du soleil s'engouffrèrent à travers la fenêtre, un bruit sonore et précis se fit entendre. Des clefs qu'on tournent et une porte qui s'ouvre à la volée, s'écrasant avec lourdeur contre le mur décrépis. Des talons raisonnèrent et se rapprochèrent du cadavre indolent.

- Ombre ! Relève toi !
-Hum.. Papa est rentré ?
-Non, tu sais bien qu'il est en voyage d’affaire au Népal. Ma pauvre fille, tu as l'air d'une épave.
-Je vais rester un peu là.

Le soleil brille, surplombant le ciel, imposant ses rayons, éblouissant la Terre. Une mèche de cheveux relevé, puis glissé derrière l’oreille. Ombre immergea sans réelle satisfaction. Le chaos était son berceau, le seul qui voulait bien d’elle, en quelque sorte son refuge éternelle. Elle se releva avec peine et ramassa ses affaires. Bouteilles vides jetées machinalement dans la poubelle, elle cala une cigarette entre ses lèvres et l'alluma à l'aide de la cuisinière. Il y a bien longtemps que l'adolescente n'éprouvait plus de regret. Elle vivait pratiquement seule, elle se contentait de vider la maison de ses interdits, de rendre visite à des dealeurs et de recommencer, le jour d'après. Sa tête lui tourna un instant et elle du prendre appuie sur le rebord de la table pour ne pas s'écrouler. Cependant, elle sentit ses jambes se fléchirent sous son poids et ne pu éviter une chute ingrate et douloureuse. Elle essuya d’un geste brusque le sang séché au dessus de ses lèvres et sa langue se réveilla sous ce goût amer et de fer.

- Et Merde..

La démarche prompte et vannée, la jeune fille se dirigea vers la salle de bain, montant les escaliers avec lassitude et disgrâce. Elle fit couler l’eau dans la baignoire sale et se regarda quelques secondes dans la glace. Violente antipathie d’elle même, aversion complète et inextinguible, son poing alla s’écraser avec force sur le verre qui se brisa avec élégance. Effusion de sang. La main d'Ombre se recroquevilla avec mépris et une cascade rougeâtre jaillit de tout part, traversant sa peau, s'immisçant sur ses vêtements. La vue de la demoiselle se brouilla sous des larmes de colère, elle se haïssait, comment avait-elle pu faire une chose aussi stupide ? Un goût acide remonta dans sa gorge, bloquant son œsophage. Ombre sentit son estomac se retourner puis se fut le trou noir.


Chapitre 2 - Je remplirai mes devoirs de médecin envers tous les patients avec conscience, loyauté et intégrité.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Le destin est un étrange paradoxe. Ombre fut sauvée de la drogue par un mystérieux étranger. Elle avait seize ans, le soleil surplombait le ciel et elle transpirait sous son pull usée. Séchant un énième cours d'anglais appliqué, elle errait dans un bar tendancieux où les barmans omettaient de demander la carte d'identité des mineurs. Poussière d'étoile translucide, poussière de fée. Sa dose de cocaïne absorbée, elle fut prise de vertige et se laissa glisser sur son tabouret.

Il sentait bon. Un parfum de mousse des bois et de fougère. Il l'a souleva avec force et resta à ses côtés. Pour la première fois, Ombre se sentit dévorée par la honte. Il représentait ce qu'elle n'aurait jamais, un père. Fidèle serviteur dévoué, figure masculine, éternel protecteur. Rongée par les regrets, elle décida de reprendre sa vie en main et de se concentrer sur ses études. La pente fut difficile à remonter et elle fut tentée de replonger de nombreuses fois. Mais à chaque fois qu'elle roulait un billet, une odeur étrange lui effleurait les narines. Une odeur de chêne qu'on va abattre, une odeur de bois qui brûle.

Ombre devint une élève brillante et après l'obtention de son baccalauréat, elle se tourna instinctivement vers la faculté de médecine de son district. De nature sociable, douce et altruiste, elle avait su après son sevrage, qu'elle voulait dédier sa vie aux autres. Soigner leurs blessures deviendrait alors sa priorité, comme elle avait été capable jadis de soulager les siennes. La lune fut alors le témoin silencieux d'un virement lugubre et sans retours. Le destin restera fatalement un éternel paradoxe.



Chapitre 3 - Je pleure car Satan rit.. J'ai peur
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Ça sent la marijuana à plein nez, et sans doute le cuir des sièges empestait-il déjà de la sorte il y a longtemps. Il doit être deux heures du matin, la nuit est encore noire, la musique encore tonitruante, les visages encore souriants. Les réverbères inondent les rues de leur lumière orangée, et c’est rassurant en quelque sorte. Ils ne sont pas là pour leur côté fonctionnel, mais bel et bien parce que nous avons tous peur du noir. Je pressens les crissements hystériques des pneus contre le bitume. Il tire sur le levier de vitesse, je dodeline, il le tourne, le pousse, se crispe sur le volant, le tacot oscille.

Et l'orage éclata,
En même temps que le morceau de chair qui lui servait de cœur.


Des mains l’encerclaient déjà, se refermant sur sa taille de guêpe, l’arrachant à la réalité avant de la rejeter dans les ténèbres. La jeune femme était inconsciente, amorphe, les yeux clos. Elle se trouvait dans une cage humide et terriblement glauque, le genre d’endroit n’existant que dans nos cauchemars, presque irréaliste. Elle humidifia ses lèvres et ouvrit franchement ses yeux, recouvrant ses esprits instinctivement. L’horreur l’envahit lorsqu’elle prit conscience du décors sordide qui l’entourait . Elle se releva brusquement, vacillant tant bien que mal sur ses deux jambes tremblantes. Un flot de questions bouillonnait dans sa tête, sans qu’elle puisse y répondre véritablement. Où était la voiture ? ses amis ? Un accident de la route peut être ? Elle était en enfer, ou morte peut être ? Des images entrelacées de sa soirée resurgit avec déraison. C'était un enlèvement. Pure et simple. Que faire ? Hurler de toutes ses forces, se faire entendre coûte que coûte ? Ou bien tenter de s’échapper le plus discrètement possible, toute en velours ? Tant de possibilités pour si peu de solutions. Son cœur battait à tout rompre, résonnant dans ses tempes avec une virulence non négligeable, elle était dans une impasse, l'odeur de moisissure lui donnait la nausée et tout ce qu'elle avait bu la veille lui donnait encore mal à la tête. Soudain, elle entendit un bruit. Stoppant tout mouvement, elle tendit l'oreille, silencieuse, tentant de décimer le moindre son qui pourrait l'informer. C'était des murmures, puis des pas, se rapprochant dangereusement de son côté. prise de vertige, Elle resta immobile, terrifiée, latente.

Une ombre opaque émergea de l’obscurité épaisse et nébuleuse. Sombre silhouette à la fois légère et inquiétante. La jeune femme resta attentive au moindre geste de cette menace qui semblait se matérialiser avec grâce au fur et à mesure que les minutes se fanaient. Et si le temps se figeait ? Elle pourrait s’évader et hurler avec force afin de prouver son indignation, son incompréhension. C’est tout ce qu’elle demandait. Cinq secondes hors de l’espace, cinq secondes où elle pourrait simplement s’abandonner, faire tomber son masque de froideur et de défense. Quelques poussières du sablier du temps qui se serait échappés afin de lui offrir une certaine délivrance. Ineptie singulière. Cinq secondes où elle pourrait laisser des larmes amères inonder son visage, cinq secondes où ses jambes pourrait fléchir et sa raison faillir. Cinq seconde où elle pourrait se laisser glisser sur ces dalles humide afin de sentir sa chair vibrer. Cinq secondes où elle pourrait enfin se permettre d’exister.

Elle voulait voir la lune, juste l’entrevoir,
afin de pouvoir l’emprisonner de ses doigts.


L’heure est écoulée. Sans ciller, elle prit appuie sur le mur du fond afin de se donner davantage de prestance. Allure hautaine dont découlerait son courage. La fougue éprend l’esprit. Frénésie délicate qui ferait naître sa rage iconoclaste. Elle refuserait la soumission, peu importe l’identité de ses ravisseurs, elle ferait face. Son destin ne pouvait lui être fatale, car elle se voulait d’avoir toujours une longueur d’avance sur lui.
Le monde est à ternir.


Chapitre 4 - Je ne l'ai pas tué, il a arrêter de respirer.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Deux années d'esclavagisme. Le maître d'Ombre était un vampire à l'humeur changeante, et de la violence naquit une certaine affection. Elle devint sa protégée, et il l'encouragea à continuer la médecine, lui apportant régulièrement des ouvrages et des cadavres récents afin de s'exercer. Il voulait lui enseigner des choses qu'on n'apprenait pas si jeune. Les blessures graves, celles qu'elle verra ici, tous les jours. Si le rituel s'avéra être nauséeux pour la jeune femme, elle du se plier aux exigences de son maitre et elle progressa grâce à ces séances improvisés morbides. Elle n'aurait jamais son diplôme de façon officielle mais il fallait avouer que l'enseignement d'Adriel était précieux. De nature désinvolte et rebelle, elle apprit à se taire et à obéir. Sa haine envers les vampires ne cessait de grandir, et elle savait qu'un jour elle aurait sa revanche.

Elle pouvait faire des courbettes aux dents pointues,
cela ne changerait en aucun cas, sa vertu.


Adriel, son maître, se montra plus doux avec le temps, plus compréhensif, plus sincère. Entre dégout et attachement, elle se haït elle même de considérer ce vieux vampire comme le seul vrai père qu'elle n'aurait jamais eu. Un jour d'Octobre, période où les champs de maïs sont aussi tranchant que des couteaux, Adriel lui fit une étrange confidence.

- Ombre, je dois partir.
- On va où ?
- Tu ne peux pas m'accompagner cette fois ci. Pas dans ce monde.
-Je ne comprend pas.

Les traits du vampire se déformèrent un instant, il paraissait dénué de toute envie. Même la violence l'ennuyait ces temps ci. Il était fatigué, mortellement épuisé. La jeune femme ne connaissait que trop peu cette expression, quand l’espérance quitte le corps, que l'âme réclame le repos. Elle avait déjà vu ce visage chez des patients atteint de maladies incurables. Une douleur aigu lui compressa les poumons, elle murmura sans ciller.

- Non.
- J'ai fais mon temps. Je dois partir, je veux partir.
- En te donnant la mort ?
- Je suis déjà mort Ombre.
- Sans ta protection, je le serais aussi.
- J'ai tout prévu.

Et ainsi Adriel lui expliqua qu'il l'avait proposé en tant que servante au château. Une place ingrate pour Ombre, elle refusa catégoriquement de faire partie de ses traitres. Elle voulait aider les gens, non pas les faire souffrir en appliquant les désirs égoïstes et malsains des vampires. Mais qui était-elle pour refuser ? Quel pouvoir possédait-elle ici ? Aucun. Elle n'était qu'une misérable poussière, aussi transparente que celle qu'elle absorbait durant son adolescente. Adriel lui expliqua qu'elle devra faire face aux pires supplices au début, accepter des taches abjectes mais qu'ensuite, elle pourrait obtenir le métier tant désiré, celui de médecin, et là peu importe qu'elle soit chez les servants ou non, elle ferait le bien en soignant les autres. Le destin est un paradoxe car il demande parfois les plus grands sacrifices pour arriver à ses fins. Elle fit des choses horribles comme par exemple évacuer des corps encore chaud d'esclaves sauvagement amputés. Elle ne sera plus jamais la même mais peu importe à quel groupe elle appartient, sa priorité reviendra toujours à ses patients et aux humains. Désormais, Ombre peut exercer la médecine au château. C'est une servante. Son ancien maître est mort et sa vertu s'effrite.

Chapitre 5 - blabla






Divers

INFOS + : /
CE PERSO EST-IL UN PV ? NOM DU CREATEUR : /
LIENS AVEC DES PERSONNAGES DEJA PRÉSENTS :Eliz, Scott...
DISPONIBILITÉS RP : 7/7
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU BLOOD EMPIRE ? Je le modère, avec un fouet et des talons aiguilles qui piquent piquent piquent ...






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
L 'Ombre
"Une vie de sacrifice est le sommet suprême de l'art. Elle est pleine d'une véritable joie." Gandhi
© Joy
 



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Ombre Rosharia le Sam 21 Mar 2015 - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Ombre Rosharia- Fiche de présentation [U.C.]   Ven 13 Mar 2015 - 10:44
Ombre, la personnalité velours qui m'avait gentiment accueilli à mon arrivée ♥

Même (surtout) dans la bio, on retrouve ta sensibliité distinguée et toute en poésie. Je suis heureux de retrouver ta plume ici ^^
Revenir en haut Aller en bas

Chaton Admin
avatar

Messages : 814
Localisation : Irlande

MORE ABOUT ME
Infos:
Liens:
MessageSujet: Re: Ombre Rosharia- Fiche de présentation [U.C.]   Ven 13 Mar 2015 - 11:13
Je l'aime bien ce surnom de velours.

:1012:

Arrête de me faire fondre.

Merci.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
L 'Ombre
"Une vie de sacrifice est le sommet suprême de l'art. Elle est pleine d'une véritable joie." Gandhi
© Joy
 



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ombre Rosharia- Fiche de présentation [U.C.]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Ombre Rosharia- Fiche de présentation [U.C.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche de Présentation
» Fiche de présentation de commandant de vaisseau rebelle.
» Exemple de fiche de présentation pour le recrutement AFR
» [Suggestion] Instaurer une fiche de Présentation (validée)
» Modèle de présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood Empire :: . :: Registres :: Ombre Rosharia-